Célibat

J’étais une belle fleur qui plait
Mais parmi tant d’autres
Et je dansais
Pour me démarquer des roses

Très belle et bien vivante
Je dansais l’ivresse
À l’âme battante
je donnais mon coeur plein de tendresse

Naïve et trop soumise,
Mes pétales flétrirent
Et je m’enfuie
Où je fus seule fleur qui luit

Dans un champs plein de bonté
Bien enracinée
Les hommes vinrent,
Mais c’est bien ma liberté mon prince.

Mélanie Marie-Claude Fortin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s