Le Capitaine

C :  Capitaine

M :  Moussaillon

S :  Sirène

 

L’île au trésor

 

C : « À l’abordage

Moussaillon!

Nous allons

Sur l’île au trésor!

 

Sous mon bandage

Aucun œil rond

Et ma dentition

Est ornée d’or.

 

J’ai des tatouages

Même sous mes haillons

En guise de pantalon

Et j’aime l’or!

 

Cet or

Est dans un coffre,

Fermé à clef

Et enterré

 

Sur l’île

Juste là,

Entourée d’eau

Où nous sommes.

 

Hors,

Ce magnifique coffre

Est caché

Ou nul ne peut aller

 

Sur l’Île,

Juste là,

Entourée d’eau

Où nous somme.

 

Dans une cage

Thoracique

Au visage

Colérique. »

 

La carte!

treasure-map-153425_960_720

C : « Sortons la carte! »

La carte comporte

Des chemins

Qui se font

Et se défont.

 

C : « Ramons à reculons »

M : « À reculons capitaine »

C : « Oui, c’est ce qui est écrit.

 

Prenons une barque,

Ce gros bateau apporte

Des pépins

Et chargeons

Les provisions.

 

Nous allons d’où nous venons.

Tirons nos chaînes

D’où elles ont pris vie »

 

Dans la brume,

Le moulin à images

Montrant la lune

Et les ravages

 

Qu’elle pu causer

Sans l’avoir souhaités,

Sans pouvoir y remédier

Ou en être pardonné.

 

Ils reculaient

Tranquillement

Dans le brouillard

Sans savoir

 

Qu’ils revêtaient

Silencieusement

L’essence

De leur enfance.

 

Enfance

beach-193786_960_720

C : « As-tu reçu de l’amour

Dans ton enfance,

Moussaillon?

 

Je me demande

Ce qu’aurait été

Ma vie

Si j’en avais eu.

 

Mon père

Était un pirate,

Ma mère,

Je ne l’ai jamais su.

 

Je suis devenu

Ce qu’il croyait

Que j’étais

Sans savoir

 

Ce qu’est l’amour;

S’il donne un sens

Et une raison. »

 

Une petite et tendre

Brise d’été

Jaillit

Puis disparue.

 

Dans l’air,

De petits feux éclatent

Pour faire

Apparaître son dû.

 

Le capitaine était ému

En admirant son souhait.

Tout ce qu’il désirait

Le plus avoir

 

Était un tambour

Qui donne l’essence

À sa passion.

 

Plein gaz!

fantasy-3120773_960_720

C : « la carte, la carte!

Nous devons

Aller de l’avant!

Plein gaz Moussaillon!

 

Je me sans rajeuni,

En vie!

Mon tambour bat

Vers ces eaux là »

 

Dans les eaux calmes,

On aperçu

L’ombre d’une dame

Dansant nu.

 

La sirène prit

La barque à deux mains

Et s’assit

Près du tambourin.

 

Elle lui dit : « Viens!

Beau capitaine, viens!

Et apporte

Ton tambourin. »

 

En regardant la carte,

Le moussaillon

Vis l’avant

Prendre une autre direction.

 

Mais le capitaine, lui,

Répondit :

« Ce tambour là ne bat

Que pour toi. »

 

Dans une mer calme

On y lu

Une ombre de dame

S’emparer de son dû.

 

Le capitaine prit

Sa tête à deux mains

Et s’assit

Sur son chagrin.

 

Il n’avait plus rien,

Vraiment plus rien

De ce qui apporte

De l’amour saint.

 

Whisky!

old-man-2803645_960_720

M : « Que dit la carte

Capitaine? »

C : « Que la sirène

M’a bien eu

 

Et qu’en enfer

Nous allons. »

Le capitaine

Buvait du whisky.

 

C : « De toute façon,

Je ne suis pas musicien.

Je ne sais pas

Jouer du tambour.

 

Ce vœu

Ne m’a pas été accordé.

Plus vieux,

J’ai regretté

Le temps passé. »

 

Dans la barque,

Dansaient la peine

Et la haine

D’avoir été vaincu.

 

C : « on ne peut défaire

Les sillons

Qui enchaînent

Nos choix de vie.

 

De toute façon,

Une vie remplit de rien

Ne fait pas

Battre un tambour.

 

Ce vœu,

Je ne l’ai pas mérité.

Plus vieux

Et désespéré

Devant le passé. »

 

De l’or de bord en bord

rough-sea-2624054_960_720

C : « Moussaillon,

Je désire

Toutes les sirènes

Et ce qu’elles désirent.

 

Je veux de l’or

De bord en bord

Et la notoriété

D’un riche aventurier.

 

Je veux être

Capitaine Le Grand,

Le bandit en exile,

La terreur

Des froideurs! »

 

Le ciel se couvrant,

Le vent souffla

Et la mer se souleva.

 

C : « Moussaillon,

Voici que vient le pire.

Toute la haine

Résultant de mes désirs.

 

Mon mauvais sort

Veut ma mort

Et la divinité

De mon âme rebellée.

Je veux être

Capitaine Le Grand!

Le bandit en exile!

La terreur

Des froideurs! »

 

La barque chavirant,

Les matelots

Prirent l’eau.

 

Bateau de croisière

ship-1578528_960_720

Parmi

Les musiciens,

Il y avait

Le percussionniste.

 

Un homme calme,

Admiré de tous,

Mais aimé

D’une seule et belle dame.

 

Il faisait bon vivre

Sur ce bateau

De croisière

Des Iles des Bermudes.

 

Émanait

De la joie,

Des rires

Et du soleil partout.

 

Aussi,

Dans les musiciens,

Se dissimulait

Une guitariste.

 

Une femme calme,

Admirée de tous

En particulier

D’un homme de gamme.

 

Apparu un livre

Avec le sceau

De la première

Grande prélude.

 

J’y lisais :

Le choix

D’inscrire

L’amour en nous.

 

Une petite île

coffin-239091_960_720

Le capitaine

Fut réveillé

Gentiment

Par son moussaillon.

 

L’île était petite

Et il se dirigea

Vers la cage thoracique

Au visage colérique.

 

Il y creusa

Le coffre au trésor,

Brisa le cadenas

Et l’ouvrit.

 

C : « Des tambours!

Plein de tambours.

Des petits

Et des gros. »

 

Une musique lointaine

Le fit sursauter.

Tranquillement,

Il rejoignit le son.

 

Une guitariste, petite,

Bouscula

Sa cage thoracique

Au visage angélique.

 

Il lui souria

Puis retourna au trésor.

Il joua

Sans répit.

 

Tout son amour

De levé du jour

À tard dans la nuit

Comme un vrai pro!

 

 

Écrit par : Mélanie Fortin